Présentation

Le mot du Président

Lionel LE BORGNE

Lionel LE BORGNE

Le Président

Le développement associatif : « En mouvement pour et avec les familles »

L’UDAF des Côtes d’Armor s’est engagée dans une démarche de développement associatif visant notamment à accroître la crédibilité du mouvement associatif familial et à développer l’implication de nouvelles familles dans les initiatives portées par les associations familiales. C’est une stratégie commune au réseau impulsée par l’UNAF.Cette démarche a consisté dans un premier temps à élaborer un plan local de développement associatif : une phase d’analyse interne / externe à partir notamment d’un questionnaire adressé aux mouvements et associations familiales et une phase de diagnostic. La contribution des UDAF va permettre d’enrichir et d’ajuster le plan national pour être au plus près des dynamiques et problématiques des territoires.

Cette 1ère phase a permis d’aborder dans un deuxième temps, les orientations et objectifs à mettre en œuvre et un plan d’actions décliné sur 3 ans (2016 à 2018). L’UDAF mène des initiatives en ce sens (formations des bénévoles…), mais cette démarche d’animation du réseau est à conforter et à développer afin d’accroitre le dynamisme associatif. Elle repose sur un travail collectif dont le but est de promouvoir les actions au service des familles.

Notre mission

L’UDAF a pour objet, selon l’article 3 du Code de la Famille et de l’Action Sociale, de :

  • Donner son avis aux pouvoirs publics sur les questions d’ordre familial et leur proposer des mesures qui paraissent conformes aux intérêts matériels et moraux des familles.
  • Représenter officiellement l’ensemble des familles auprès des pouvoirs publics et notamment désigner ou proposer des délégués des familles dans les divers conseils, assemblées, ou autres organismes constitués par l’Etat, le département ou la commune.
  • Gérer tout service d’intérêt familial et social dont les pouvoirs publics estimeront devoir lui confier la charge : médaille de la famille, point info famille, aide aux tuteurs familiaux, mesures de protection (tutelles, curatelles),…
  • Exercer, au nom des familles, auprès des juridictions compétentes toute action civile relative aux faits de nature à nuire aux intérêts matériels et moraux des familles. Elle n’a pas à justifier d’un agrément ou d’une autorisation préalable de l’autorité publique.
  • Elle défend les principes d’une politique familiale globale qui prend en compte toutes les réalités de la vie quotidienne des familles : éducation, logement, santé, emploi, consommation, environnement, conciliation vie professionnelle et vie sociale.